Le SOFAJ est un jeune syndicat – Agora 80

/Le SOFAJ est un jeune syndicat – Agora 80

Le SOFAJ est un jeune syndicat – Agora 80

… Qui compte tout juste cinq ans d’existence, mais qui a tout de même réussi, en quelques années, à fédérer un tiers des agents.

L’Office franco-allemand pour la Jeunesse est une institution bien plus ancienne puisque sa création remonte à 1963, suite à la signature du Traité de l’Elysée. Elle fut dotée, dès sa création, d’un Comité du personnel avec des prérogatives assez importantes, qui a, pendant longtemps, suffi aux agents pour sentir leurs intérêts bien représentés.

A partir de 2004, quand l’OFAJ a fêté ses quarante ans, il a été question de réviser le Statut du personnel en place dès la création de l’institution. Jusqu’à aujourd’hui, cette intention des deux gouvernements contributeurs n’a pas été mise en œuvre, mais il y a néanmoins eu de longues et ardues discussions sur un projet de refonte de ce Statut, dans lequel la place du Comité du personnel était sévèrement réduite. Depuis cette date et les premières discussions sur le Statut, un certain nombre d’agents ont senti l’importance d’une organisation alternative qui pourrait succéder au Comité du personnel si celui était amené à disparaître. Or, il apparaissait aussi intéressant d’être davantage en réseau avec des collègues d’autres organisations internationales avec lesquels nous partageons des conditions d’embauche et de travail dans un contexte international plurilingue assez similaires et dont nous nous sentons plus proches que le personnel des institutions nationales dans les deux pays avec lesquels nous travaillons souvent.

Il y a quelques années déjà maintenant que le SOFAJ est reconnu par un grand nombre d’agents sur les trois sites (Paris, Berlin et Sarrebruck), même si son action est modeste et vise en premier lieu à renforcer ce Comité du personnel, sans le gêner dans son travail, celui-ci restant la seule instance reconnue pour négocier avec la direction. Nous avons pu, à plusieurs reprises, soutenir le Comité et lui fournir des informations utiles en nous renseignant auprès de nos collègues expérimentés de l’USF sur des cas de figure concrets. L’échange régulier dans les instances de l’USF nous permet d’ouvrir nos points de vue et de renforcer nos argumentaires. La création d’un syndicat qui perdure au fil des ans a aussi montré à la direction que la solidarité entre les collègues est une valeur importante dans l’institution puisque beaucoup sont prêts à aller au-delà du simple vote statutaire pour l’élection du Comité du personnel et à payer une adhésion qui ne leur donne pas au quotidien des droits importants mais assure l’existence d’une structure de solidarité complémentaire. C’est une réalité qui met en évidence la cohésion du personnel autour de certaines valeurs et aussi, par son rattachement à l’USF, son attachement à l’identité de l’institution en tant qu’organisation internationale. Par leur adhésion au syndicat qui est lui même membre d’autres fédérations syndicales, les agents de l’OFAJ expriment également leur solidarité avec de nombreux agents du Service public en Europe et leur souhait de voir des droits minimum garantis ainsi que des conditions de travail améliorées pour le plus grand nombre.

Aujourd’hui, le Comité travaille dans un dialogue soutenu avec la direction pour moderniser le Statut par des instructions générales, qui viennent compléter des lacunes ou actualiser des points devenus obsolètes. L’arrivée d’un nouveau Statut n’est pas à l’ordre du jour, mais pourrait le redevenir très vite, ce qui pousserait certainement à une plus forte mobilisation. Dans la situation actuelle, les enjeux des années à venir pour le syndicat sont la mise en place d’un contrat-cadre,lequel officialiserait son existence dans l’institution aux cotés du Comité du personnel, tout comme l’information et le dialogue avec les jeunes collègues pour continuer à garder une forte représentativité dans un contexte où les contrats précaires d’une part et les évolutions de vie d’autre part contribuent à davantage de mouvements dans le personnel que cela n’a été le cas par le passé.


Anne Jardin
Présidente du SOFAJ


Retour au SOMMAIRE
2018-06-18T15:53:56+00:0018 juin 2018|Agora 80|0 commentaire