L’image est forte : eurodéputés britanniques, la main dans la main avec ceux d’autres nationalités chantent ensemble. Tristesse et espoir.

Le Brexit sonne le glas d’une idée de l’Union Européenne qui ne pouvait que grandir : pour la première fois, elle rétrécit. Et ce rétrécissement n’est pas seulement la sortie du club d’un membre de poids. C’est aussi le constat d’un échec et la menace que d’autres puissent chercher le chemin de la porte grandement ouverte.

Il n’y a rien à blâmer dans un processus que, même tourmenté, s’est produit dans un respect des règles démocratiques. Il y a cependant, beaucoup de leçons à apprendre d’une et d’autre partie.

L’Union Syndicale s’attend à ce que la nouvelle Commission soit capable de donner un nouvel élan à l’idée de l’Europe en bâtissant un sentiment d’appartenance non seulement parmi les états membres mais, surtout, parmi la citoyenneté. Qu’elle s’apprête à défendre les valeurs de démocratie, de solidarité et de progrès que lui sont propres.

Nul doute que ces valeurs sont partagées par le peuple britannique et que, face à la montée du populisme et du racisme nous nous retrouverons à nouveau, un jour, ensemble.